Aller au contenu principal

Les emplois

  • Avant la construction, pour les aménagements préalables, Cigéo créera plusieurs centaines d’emplois (par exemple des conducteurs d’engins)
  • Pendant la première phase de construction (2022-2030), le projet créera, selon les périodes, entre 1000 et 2000 emplois : d’abord des emplois du BTP/génie civil puis davantage d’emplois d’équipementier (électricien, câbleur, etc.).
  • Ensuite, pendant l’exploitation du centre, à partir de 2030, il y aura une stabilisation autour de 600 emplois durables.
  • Par ailleurs, cette activité créera des emplois induits dans la restauration, les commerces de proximité, l’hébergement, etc.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Actuellement, le centre de l’Andra en Meuse / Haute-Marne emploie 360 personnes dont 160 collaborateurs Andra.

Tête foreuse du tunnelier à attaque ponctuelle dans une galerie du Laboratoire souterrain

Les convois nucléaires

Les colis de déchets seront très majoritairement acheminés par voie ferroviaire jusqu’à Cigéo.

Au démarrage de l’installation les flux sont estimés à environ 5 trains par an, puis 10 à 20 par an jusqu’à la fin de la phase industrielle pilote. Ensuite, le flux s’intensifierait (pendant la phase d’exploitation courante) pour atteindre, au maximum, une moyenne d’environ 5 trains par mois (soit une soixantaine de train par an).

Les colis de déchets en provenance de Valduc (Côte d’Or) seraient transportés jusqu’à Cigéo par voie routière. Le flux est estimé à un peu plus d’une centaine de camions au total.

Le terminal ferroviaire de Valognes par lequel transitent les convois vers l'usine Orano à La Hague

L’installation souterraine

  • Installations souterraines de CigéoUne emprise de 15km2
  • 270 km de galeries et alvéoles
  • 500 mètres de profondeur

 

 

 

 

 

 

 

Les installations en surface

  • Les installations de surface de Cigéo2 zones en surface
  • Environ 550 hectares
    • 280 hectares pour la zone descenderie
    • 270 hectares pour la zone puits, dont 180 hectares pour les verses

 

 

 

 

 

Les besoins en eau

  • Entre 2020 et 2030, l’adduction en eau potable devrait répondre à un besoin à hauteur de 500 m3 par jour maximum (soit l’équivalent de la consommation moyenne d’environ  3 400 habitants, avec une moyenne de 145 litres par personne). Cela couvre les besoins liés aux personnes travaillant sur le site (restauration, équipements sanitaires, etc.) et les besoins liés au chantier (fabrication du béton, réserves en cas d’incendie, etc.).
  • Post 2030, le besoin d’adduction en eau potable s’établirait à une moyenne 200 m3 par jour.

Les besoins en électricité

  • Sur 2031-2036, les besoins en électricité de Cigéo sont estimés à 724 mégawatts heure en moyenne par jour (soit l’équivalent de la consommation moyenne d’environ 56 000 foyers français de trois personnes sur une journée).
  • Sur la période 2102-2146, les besoins en électricité de Cigéo sont estimés à 822 mégawatts heure en moyenne par jour (soit l’équivalent de la consommation moyenne de plus de 63 000 foyers français de 3 personnes sur une journée).
Exemple de poste électrique

Les besoins en matériaux

  • le volume global de béton nécessaire sur toute la durée de vie de Cigéo serait de l’ordre de 6 millions de m3 ;
  • la quantité totale de ciment consommée serait d’environ 2,25 millions de tonnes dont 550 000 ;
  • la quantité totale de sable consommée serait de 3,4 millions de tonnes dont 1 million ;
  • la quantité totale de gravier consommée serait 4,4 millions de tonnes dont  1,2 million ;
  • la quantité totale d’acier consommée serait de plus de 200 000 tonnes dont près de 106 000
  • Dont, pour les phases d'aménagements préalables et de construction :

  • 1,4 millions de m3 de béton
  • 550 000 tonnes de ciment
  • 1 million de tonnes de sable
  • 1,2 million de tonnes de gravier
  • 106 000 tonnes d'acier
Partager cette page