Aller au contenu principal

Ils sont venus nous voir - Marc Fontecave, membre de l’Académie des sciences

Le 5 mai 2021, une délégation de l'Académie des sciences a pu visiter le Laboratoire souterrain du Centre Meuse/Haute-Marne. Marc Fontecave, membre de l'Académie, nous livre ses impressions.

Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis Marc Fontecave, membre de l’Académie des sciences. C’est dans le cadre des travaux, sur le nucléaire du futur et le cycle du combustible, menés par le Comité de Prospective en Energie de l’académie des sciences, que je préside, que nous avons répondu avec intérêt à l’invitation de l’Andra pour une visite du laboratoire, après une audition de Frédéric Plas, directeur de la recherche et développement de l'Agence.

Connaissiez-vous le Laboratoire et le projet Cigéo avant votre venue ?

Oui en effet, et plutôt bien. Mais théoriquement. A la fois parce que, à l’Académie, nous suivons de près les progrès scientifiques et techniques concernant la gestion des déchets nucléaires les plus actifs et parce que nous avions entendu Frédéric Plas décrire en détail les avancées du projet Cigeo. Je ne m’étais jamais rendu sur les lieux et la visite du laboratoire était une opportunité pour mieux apprécier l’ampleur du projet et des défis à surmonter, notamment du point de vue des infrastructures, et la qualité des expériences qui sont menées à 500 m sous la surface du site.

« Il faut croire au génie humain et en la capacité de l’homme à résoudre les problèmes les plus difficiles, y compris ceux qu’il a créés »

Que retenez-vous de votre venue en Meuse/Haute-Marne ?

Ce qui est impressionnant, c’est le niveau de connaissances acquises sur la « stabilité » du site, ce qui laisse entrevoir, à court terme j’espère, un démarrage de Cigeo, même si, bien sûr, plusieurs étapes doivent être franchies et validées, ce qui prendra quelques années.

Est-ce que quelque chose vous a frappé durant cette visite ?

Le plus frappant c’est peut-être la taille des espaces creusés. Je m’imaginais des diamètres plus petits. Il faut croire au génie humain et en la capacité de l’homme à résoudre les problèmes les plus difficiles, y compris ceux qu’il a créés. Le projet Cigeo est une expression de cette capacité.

Le projet Cigéo
Partager cette page