Aller au contenu principal

Des laboratoires souterrains en réseau à l’international

Il existe aujourd’hui une dizaine de laboratoires de recherche souterrains qui étudient le stockage géologique des déchets radioactifs dans le monde, et de nouveaux sont en préparation, notamment en Chine et en Russie. Autant d’occasions de collaborations scientifiques et techniques importantes pour l’Andra.

Connaissance fine de la roche et de son comportement, faisabilité de réalisation des installations souterraines, sûreté du stockage… Tous les pays travaillant sur le stockage géologique des déchets les plus radioactifs ont des problématiques communes et se retrouvent au sein de partenariats billatéraux ou multilatéraux à l’échelle internationale.

« Depuis plusieurs années, nous accueillons nos homologues étrangers ponctuellement ou sur plusieurs mois dans le cadre de sessions de formation ou d’échanges techniques sur des outils de mesures et d’analyses. »

Émilia Huret, adjointe au directeur de la recherche et développement de l’Andra.

La Suisse, partenaire de longue date

Parmi les plus anciennes collaborations, la plus marquante sur la durée est certainement celle qui lie, depuis presque vingt ans, l’Andra et son homologue suisse, la Nagra, au travers du laboratoire du Mont-Terri en Suisse. Creusé dans le prolongement d’un tunnel autoroutier et ouvert depuis 1996, il a été conçu, dès son origine, pour le développement d’un vaste programme de recherche international. « Même si l’environnement géologique et géographique est différent, les argiles à Opalinus du Mont-Terri ont des caractéristiques minéralogiques assez proches du Callovo-Oxfordien : les premières expérimentations menées sur les argiles à Opalinus ont permis d’obtenir un retour d’expérience et de connaissances significatif pour la mise en place d’essais dans notre Laboratoire souterrain depuis sa construction », explique Émilia Huret, adjointe au directeur de la recherche et développement de l’Andra. « Aujourd’hui cette collaboration se poursuit sur des sujets d’intérêt mutuel comme les techniques de réalisation des forages ou des dispositifs de surveillance comme la fibre optique. »

Une expertise reconnue

L’expertise de l’Andra est internationalement reconnue, tant dans la connaissance des milieux argileux que dans la façon de concevoir un laboratoire souterrain et d’y mener des expérimentations. « Depuis plusieurs années, nous accueillons nos homologues étrangers ponctuellement ou sur plusieurs mois dans le cadre de sessions de formation ou d’échanges techniques sur des outils de mesures et d’analyses. Récemment, nous avons accueilli plusieurs ingénieurs chinois et nos experts ont passé plusieurs semaines en Chine pour les accompagner dans la conception de leur propre laboratoire dans le granite », précise Émilia Huret. Grâce à l’expérience acquise en vingt ans de travaux au Laboratoire souterrain, l’Andra est la plus avancée dans le stockage géologique en milieu argileux et dispose d’un véritable savoir-faire pour cette solution de stockage.

Le stockage des déchets radioactifs : la situation à l'international
Retrouvez le décryptage complet : Les dessous du Labo
Partager cette page