Aller au contenu principal

Décryptages

L’Andra en Meuse et Haute-Marne : déjà plus de vingt ans

Le Laboratoire souterrain de l’Andra a quinze ans d’existence. L’occasion de revenir sur les recherches sur le stockage que l’Andra mène depuis plus de vingt ans en Meuse/Haute-Marne.

Gestion des déchets radioactifs : les trois défis du stockage

Orienter les déchets radioactifs selon une stratégie de gestion cohérente et proportionnée en intégrant plus largement les enjeux environnementaux. Prendre en compte le cycle de vie des stockages en optant pour des constructions progressives, par étapes, et adaptables. Co-construire les prises de décision avec tous les acteurs des territoires d’accueil de ces stockages. Tels sont les trois défis que s’est fixés l’Andra pour les années futures.

Préserver la mémoire des centres, une précaution essentielle

Conserver et transmettre aux générations futures les informations qui leur seront nécessaires sur les centres de stockage de déchets radioactifs est une démarche dans laquelle l’Andra s’est engagée depuis le milieu des années quatre-vingt-dix. Archives, art ou encore réseaux sociaux en ligne, autant de pistes étudiées par l’Andra.

Cigéo : en route vers la demande d’autorisation de création

Destiné à assurer le stockage définitif et sûr des déchets les plus radioactifs produits en France, Cigéo entre dans une phase d’avant-projet détaillé. Maintenant que les grands choix technologiques sont faits et que les lignes du projet sont dessinées, les ingénieurs de l’Andra s’attellent à préciser et optimiser les plans. Prochaine grande étape : le dépôt de la demande d’autorisation de création en 2018.

Inventaire national 2018 : un outil de transparence et de pilotage

Tous les trois ans, l’Andra réalise et publie l’Inventaire national des matières et déchets radioactifs. L’édition 2018, qui vient de sortir, présente un état complet des stocks, de leur provenance et de leur localisation sur le territoire français à fin 2016. Elle fournit également une estimation des quantités de matières et de déchets à produire, selon différents scénarios de politique énergétique. Si l’Inventaire offre une occasion de comprendre d’où ils viennent et comment ils sont gérés, c’est également un outil indispensable pour le pilotage de la politique nationale de gestion des matières et déchets radioactifs. Enfin, pour l’édition 2018, le site web de l’Inventaire s’enrichit pour offrir de nouvelles fonctionnalités de recherche sur la nature et la localisation des déchets avec toujours la publication des données en open data.