Aller au contenu principal

En Meuse/Haute-Marne, l'impact socio-économique de l'Andra est déjà palpable

La présence du Centre de l’Andra, notamment en Meuse et en Haute-Marne contribue à l’économie du territoire. C’est la conclusion d’une étude, menée l’an dernier, à la demande de l’Andra par un cabinet spécialisé. Focus sur les principaux enseignements et la méthode utilisée, avec Arnaud Florentin directeur associé du cabinet d’études Utopies.

Que faut-il retenir de votre étude ?

Lorsqu'elle commande ce type d'étude, l'Andra cherche à mieux connaître et quantifier son empreinte socio-économique sur le territoire. C’est l’occasion pour l’Agence de réfléchir à la manière dont elle peut contribuer à l’installation durable de ses salariés sur le territoire, par exemple, ou à la façon dont elle peut renforcer son impact, en étudiant l'effet multiplicateur de ses activités : pour un emploi direct à l’Andra, quels impacts locaux ? Mais l'Andra ne peut pas avancer seule, elle travaille étroitement avec les élus et autres acteurs du territoire.

Quelle a été votre méthodologie ?

Cette étude a été réalisée à l’aide de Local Footprint®, un outil très performant leader sur le marché français des études d’impact économique. Il mesure les impacts directs, indirects et induits sur différents niveaux géographiques (du plus local au national). En prenant en compte près de 100 indicateurs (démographie, activités économiques, tourisme, conditions de vie, etc.) sur la base des données disponibles depuis 2016 (Siren, bases de données fiscales, notariales, Insee), il permet de réaliser un diagnostic complet des territoires. Grâce à cet outil, l'économie locale a été reproduite en version numérique.

Que permet, concrètement, cette version simulée ?

On peut par exemple appréhender la réalité spécifique d'un secteur (fournisseurs, nombre de salariés, où ils vivent, ce qu'ils dépensent, etc.) et effectuer des simulations avec la possibilité de jouer sur des variantes, en retirant l'Andra par exemple, pour voir comment les résultats s’en trouvent modifiés. Au-delà de ces analyses très instructives, l'outil fonctionne en autonomie, comme une véritable économie locale ! Nous l'avons ainsi laissé en « roue libre » pendant une année, pour ensuite recueillir les résultats, puisque l’étude portait sur l'empreinte annuelle de l'Andra en 2018.

Le Centre Meuse/Haute-Marne de l'Andra c'est :

0

emplois directs

0 %

du PIB local (communautés de communes des Portes de Meuse et du bassin de Joinville-en-Champagne)

0

emplois pour la Meuse et la Haute-Marne

Le regard de David Mazoyer, directeur du Centre de l’Andra en Meuse/Haute-Marne

« L’actualisation de ces données, fondée sur une méthodologie reconnue et robuste, donne une vraie crédibilité à nos projections en matière de développement économique lié au projet Cigéo. L’étude montre que chacun des 350 emplois directs de l’Andra (salariés de l’Agence, prestataires et sous-traitants) génère 1,6 emploi supplémentaire pour notre territoire. Près de 900 emplois sont liés aux activités de l’Andra dans les deux départements de la Meuse et de la Haute-Marne. Les commerces, les services d’hôtellerie-restauration et les entreprises du territoire, bénéficient clairement de notre présence. Ces résultats nous démontrent également que nos activités de recherche scientifique ont un rayonnement économique national (plus de 2 000 emplois en France). L’outil utilisé pourra également nous permettre de suivre plus précisément l’évolution de cet impact socio-économique. »

Partager cette page