Aller au contenu principal

Intelligence artificielle en environnements complexes, l'Andra et Mines Nancy créent une chaire de recherche et de formation

Mines Nancy et l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs ont inauguré, le 11 mai 2021, la chaire de recherche et de formation en « Intelligence artificielle pour applications robotiques en environnements complexes ». Cette chaire a pour objectif de mener, par les étudiants de Mines Nancy, des travaux de recherche et développement sur l’intégration de l’intelligence artificielle en robotique et de développer des applications opérationnelles à destination d’acteurs académiques, scientifiques ou industriels intéressés par le sujet.

Signature de la création de la chaire par François Rousseau, Directeur Mines Nancy et Frédéric Plas, Directeur de la recherche et développement de l'Andra

Dans le cadre de cette chaire, Mines Nancy s’appuie sur sa connaissance historique des environnements souterrains et industriels, ainsi que sur son savoir-faire dans les nouvelles technologies, pour déployer des technologies robotisées de pointe et renforcer ses activités en environnements complexes ou particuliers comme les ouvrages souterrains. Partenaire fondateur, l’Andra participe activement à l’application opérationnelle de ces technologies et met à disposition des étudiants un terrain d’expérimentation unique en France, au travers de son laboratoire souterrain de Meuse/Haute-Marne.

Une dizaine de projets sur le développement de l’IA, la conception de systèmes robotiques avancés et l’optimisation de l’acquisition et du traitement des données seront menés dans les 5 prochaines années. Ces projets et systèmes robotiques se classent en 3 catégories :

  • Intelligents : capacité à s’adapter à une situation, notamment évolutive, et à appréhender leur environnement par les outils et techniques modernes de l’IA tels que le Machine Learning ou le Deep Learning ;
  • Modulaires : capacité à s’adapter en fonction de la mesure à réaliser, l’action à mener ou les calculs à réaliser pour accomplir cette action ;
  • Collaboratifs : capacité à s’échanger de l’information par des systèmes de communication robustes et ainsi de réaliser des tâches sur le terrain nécessitant des interactions entre de multiples robots (potentiellement dotés de capacités différentes) mais également avec les humains au cœur du système.

Portée par Laurent Ciarletta, enseignant-chercheur à Mines Nancy et responsable de l'équipe Simbiot du Loria, Laboratoire lorrain de recherche en informatique et ses applications (CNRS-Inria-Université de Lorraine), la chaire est le fruit d’une collaboration de plus de 3 ans entre Mines Nancy et l’Andra. Elle s’inscrit plus généralement dans le contexte de l’accord de partenariat stratégique passé entre l’Andra et l’Université de Lorraine, auquel contribue également le Loria par ses travaux de recherche en intelligence artificielle et en robotique.

Pour la Direction de la Recherche et du Développement de l’Andra, la participation de l’Agence à cette chaire de recherche intervient après 30 années de travaux progressifs orientés sur les fondements scientifiques et technologiques du stockage géologiques. S’il est autorisé, ce dernier, débuterait par une phase industrielle pilote à l’horizon 2025-2030, au cours de laquelle sera déployé un ensemble de dispositifs de surveillance afin de s’assurer du bon fonctionnement de l’installation souterraine. C’est dans ce cadre, que l’Andra accorde une place de plus en plus marquée à l’optimisation de l’acquisition de données et à leur traitement automatique. Ainsi qu’aux vecteurs capables d’embarquer ces dispositifs d’acquisition (capteurs, IA…) et notamment leurs qualités en terme de mobilité dans l’environnement souterrain.

Le communiqué de presse
Partager cette page