Aller au contenu principal

« Le Laboratoire souterrain du Centre de Meuse/Haute-Marne est un cas d’école exceptionnel pour nos élèves »

Organisé chaque année par l’École supérieure nationale de géologie (ENSG), le Salon des stages et des emplois en géosciences, Géologia, s’est tenu le 22 novembre 2018. Une onzième édition qui a réuni 950 visiteurs, une dizaine d’universités et près de 45 entreprises, dont l’Andra, partenaire historique de l’ENSG et du salon. L’éclairage de Judith Sausse, la nouvelle directrice générale de l’ENSG.

Judith Sausse, directrice de l'ENSG

Qu’apporte l’Andra au salon Géologia et à l’ENSG plus largement ?

Nos élèves n’ont pas toujours une connaissance claire des activités de l’Andra. Or, pour nous, il est important qu’ils comprennent que l’ingénieur géologue peut aussi avoir affaire à la question des déchets radioactifs. Le salon Géologia est, pour les étudiants, l’occasion de rencontrer et d’échanger avec les professionnels de l’Andra, qui peuvent répondre à leurs questions. Dans le cadre de notre partenariat de recherche avec l’Andra, nos élèves peuvent aussi être amenés à travailler sur des projets de l’Agence. Nous profitons également du site de Meuse/Haute-Marne pour ce que nous appelons des « écoles de terrain ». Sur la thématique hydrogéologie par exemple, nos élèves ont accès aux instrumentations du site. Grâce à l’Andra, nous pouvons également proposer des formations continues à des professionnels en ouvrage souterrain. Nous assurons notamment, en partenariat avec l’école des Mines, une formation en sécurité incendie en milieu souterrain et en conditions réelles dans les galeries du Laboratoire souterrain de l’Andra (cf. Pôle de compétences en environnement souterrain, NDRL).

Les activités de l’Andra s’inscrivent-elles dans le programme de l’école ?

Nous ne proposons pas de cours dédiés, mais lors des enseignements, nous évoquons la gestion des déchets radioactifs et les problématiques thermiques ou mécaniques qui y sont liées. En termes de creusement, de fondements et de sécurité, le site de Meuse/Haute-Marne est un cas d’école exceptionnel pour nos élèves. Avec nos écoles de terrain, sur nos 100 élèves, 3 ou 4 travaillent chaque année sur des projets de l’Andra. Lors de leur dernière sortie, nos étudiants ont été confrontés à des opposants au projet Cigéo. Une expérience intéressante, qui leur a permis de découvrir que bien qu’un projet soit viable scientifiquement, il y a aussi une dimension politique et des débats de société à prendre en compte.

« La gestion des déchets radioactifs est un beau défi à relever d’un point de vue scientifique et technique »

le salon Géologia

La gestion des déchets radioactifs suscite-t-elle l’intérêt des élèves ?

Les élèves ne se positionnent pas sur la gestion des déchets radioactifs à proprement parler mais sur les aspects géotechniques. Dans ce domaine, il y a beaucoup de choses à créer. Nos étudiants n’ont souvent pas conscience de la variété des domaines dans lesquels leurs compétences peuvent être appliquées. Or la gestion des déchets radioactifs est un beau défi à relever d’un point de vue scientifique et technique.

Judith Sausse est la première femme à prendre la direction de l’ENSG depuis la création de l’École, il y a 110 ans. Élue par le conseil d’école le 15 juin 2018, elle travaille depuis plus de 15 ans sur des thématiques de recherche liées aux environnements géophysiques et pétrophysiques. Docteur en géophysique, puis maître de conférences à la faculté des sciences et technologies de l’université de Nancy 1, Judith Sausse a dirigé pendant 6 ans la formation ingénieur civil des mines à Mines Nancy (2011-2017). Elle est chevalier dans l’Ordre des palmes académiques.

L’Andra présente au Forum Géologia
Partager cette page