Aller au contenu principal

Une coopération à l’international renforcée en 2018

Depuis près de 40 ans, l’Andra partage son expérience à l’international et participe à la diffusion des connaissances pour une gestion responsable des déchets radioactifs à travers le monde. L’année 2018 ne déroge pas à la règle avec le développement et le renforcement des accords internationaux, notamment avec la Chine, et l’accueil sur les sites de l’Andra de nombreuses délégations étrangères.

Signature de l'accord de coopération avec le BGE (Allemagne)

Visites sur les installations de l’Agence, échanges bilatéraux, accords de coopération, participation aux travaux d’organisations internationales… Reconnue pour son expertise dans la gestion des déchets radioactifs, l’Andra est régulièrement sollicitée par ses homologues internationaux autant que par les organisations comme l’Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et l’Agence pour l'énergie nucléaire (AEN)(1). L’accompagnement de certains pays et les projets communs sont l’occasion pour l’Agence de présenter ses concepts et résultats, mais aussi de les comparer et les confronter aux approches de ses pairs.

 

Des accords de coopération en plein essor

C’est dans cette optique que l’Andra a signé des contrats avec de nouveaux pays en 2018. Le BGE, homologue allemand de l’Agence créé il y a un an, va ainsi pouvoir bénéficier de l’expérience française en matière de stockage profond des déchets les plus radioactifs, dans le cadre du redémarrage de son processus de recherche d’un site de stockage. « Cette année a été aussi particulièrement marquée par les premières pistes de travail avec les Chinois », souligne Richard Poisson, responsable du service relations internationales à l’Andra. « Ce pays devient un acteur majeur du nucléaire et a besoin de savoir maîtriser la gestion de ses déchets radioactifs. »

Accord de coopération avec CNPE (Chine)

La coopération de la Chine avec l’Andra concerne différents projets de stockage, en surface et en profondeur, et se traduit par la mise en place d’actions diversifiées : formation d’un ingénieur chinois sur la reconnaissance de sites argileux, partage de connaissances sur la sûreté d’un stockage en surface dans le cadre d’un accord de coopération avec un institut d’ingénierie, participation à une mission d’experts mandatés par l’AEN, projet européen d’information de l’autorité de sûreté chinoise sur les réglementations. Des membres de l’académie des sciences chinoise ont également effectué une visite du Centre de l’Andra en Meuse/Haute-Marne l’été dernier.

 

Les visites des sites, un atout de taille

Avec l’accueil de délégations étrangères sur ses différentes installations dans la Manche, dans l’Aube et en Meuse/Haute-Marne (58 au total en 2018), l’Andra diffuse et valorise ses savoir-faire in situ. « La force de l’Andra, c’est d’être en mesure de montrer ses activités en situation réelle, ce qui est assez rare à l’international au vu de l’état d’avancement des projets. Par exemple, le Centre de stockage de la Manche, en phase de fermeture et couvert d’une membrane imperméable, est un site unique. Notre Laboratoire souterrain est également un outil de recherche exceptionnel sur le projet Cigéo », explique Richard Poisson.

Visite sur site de W. Magwood (AEN)

En 2018, des visites marquantes ont eu lieu, notamment celle du nouveau président de l’Agence coréenne de gestion des déchets radioactifs (Korad) sur les installations de l’Aube et de la Meuse/Haute-Marne, qui a permis de sceller la coopération entre les deux homologues, et celle du directeur général de l’AEN, William Magwood, venu constater les avancées du Laboratoire souterrain de l’Andra.

L’opérateur russe Norao et des élus intéressés notamment par les questions de société liées à l’implantation d’un centre de stockage ont également été accueillis au Centre de stockage de la Manche et au Centre de stockage de l’Aube. « Nous avons également de plus en plus de visiteurs étrangers qui s’intéressent à nos actions de dialogue avec nos différents publics. »

 

Une expérience partagée en France et sur les scènes étrangères

Présentation de l'Andra lors du 5ème symposium de Korad (Corée du Sud)

Comme les années précédentes, l’Andra a participé, en 2018, aux activités initiées par l’AIEA sur la gestion des déchets radioactifs. Vingt-quatre contributions traduites par des visites de délégations étrangères sur ses installations, l’accueil de stagiaires ou l’organisation de missions d’expertises pour différents pays membres de l’AIEA.

L’Andra s’est enfin distinguée en intervenant lors d’importantes manifestations étrangères comme la conférence Waste Management, à Phoenix (États-Unis), l’un des évènements annuels les plus importants sur la gestion des déchets radioactifs.

 

(1)L’AEN est une organisation intergouvernementale de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Partager cette page