Aller au contenu principal

Une première étape vers la réhabilitation de l’ancienne fonderie du Val d’Osne

Démarrés en septembre 2019, les travaux de remise en état des terrains de l’ancienne fonderie se sont achevés fin novembre.

Cette 1ere phase du chantier s’inscrit dans le projet, soutenu par l’état et la Fondation du patrimoine, de réhabilitation des bâtiments inscrits à l’inventaire des monuments historiques.

Lors du nettoyage des abords du site, près de 1 044 tonnes de matériaux ont été transférés vers des centres d’enfouissement technique. Les débris non pollués ont été employés sur place pour constituer la plateforme autour des bâtiments. Cette toute première étape permettra d’engager la suite des travaux courant 2020, avec tout d’abord le désamiantage de ce patrimoine bâti dont l’Andra est propriétaire depuis 2014 avant une réhabilitation des trois bâtiments emblématiques : le haut-fourneau, le pavillon et la centrale électrique.

Des aménagements pour la protection des espèces observées sur le site ont également été réalisés conformément aux recommandations d’un écologue. Trois hibernaculums, sorte de monticule de terre et de cailloux pouvant abriter notamment des lézards, et une mare pour les amphibiens de passage ont été positionnés à l’extrémité du site. D’autres aménagements spécifiques pour les chauves-souris et les oiseaux notamment seront réalisés ultérieurement.
 

Son histoire

Créée en 1836, la fonderie du Val d’Osne a été l’une des plus importantes fonderies d’art françaises jusqu’au début du XXe siècle. Fontaines Wallace, candélabres Guimard du métro parisien, Pégases du Pont Alexandre III…, ces fontes d’art sont encore présentes dans le paysage urbain d’une cinquantaine de pays. À son apogée, la fonderie proposait jusqu’à 50 000 modèles ! Cette renommée exceptionnelle en fait l’un des lieux emblématiques du patrimoine industriel haut-marnais.

Partager cette page