Aller au contenu principal

A la recherche de la Mulette épaisse

Du 20 au 24 mai 2021, l’Andra a effectué des campagnes de plongée autour de 16 ouvrages de la ligne ferroviaire 027000 enjambant la rivière Ornain. L’objectif ? Rechercher la présence de la Mulette épaisse, une petite moule d’eau menacée et protégée.

Combinaisons, bouteilles d’oxygène, masques… l’équipe de SPYGEN est prête pour repérer à vue ce bivalve. Sa présence dans l’Ornain n’est toutefois pas une surprise : « Nous avons réalisé en 2020, à la demande de l’Andra, un séquençage de l’eau de la rivière, appelé analyses ADNe, afin d’identifier les ADN présents ; ces prélèvements étaient positifs à la présence de la Mulette épaisse » explique Vincent PRIE, Directeur de Projets chez SPYGEN. Cette espèce peut facilement être confondue avec d’autres bivalves, comme la Mulette des peintres et l’Anodonte des rivières, d’où l’intérêt de recourir à des analyses ADNe.

Ces analyses doivent être néanmoins complétées par des études de terrain afin de confirmer la présence de l’espèce à proximité immédiate des ouvrages susceptibles d’être repris dans le cadre des travaux de réfection de la ligne 027000.

Pourquoi cette recherche ?

La voie ferrée 027000

Si le projet Cigéo se concrétise, des travaux de modernisation de la voie ferrée 027000 devront être réalisés par SNCF Réseau. Cette ligne de fret reliant Nançois-Tronville à Gondrecourt-le-Château permettra d’acheminer les matériaux de construction du centre de stockage et d’apporter les colis de déchets lorsque le centre sera en phase opérationnelle.

La présence avérée de la Mulette épaisse obligera à mettre en place des mesures afin d’éviter que les travaux impactent ce bivalve considéré comme vulnérable sur la liste rouge européenne des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Une espèce méconnue

© Vincent Prié

« La Mulette épaisse peut vivre jusqu’à 30 ans, mais elle est encore assez méconnue » souligne Vincent Prié. On sait que la larve de Mulette a besoin d’un poisson hôte (Chabot, Chevesnes ou Vairon) pour se développer. A partir d’un certain stade de développement, elle quitte le poisson et s’implante au fond de la rivière pour y vivre pendant 2 ans.

Elle se développe ensuite sous le lit de la rivière (appelé sous-écoulement) et a un besoin d’alimentation en oxygène. Si le fond de la rivière est colmaté (par exemple par de la terre), la mulette ne peut pas se développer.

Même si elle a peu de prédateurs (Loutre, Rat musqué et Ragondin principalement), la Mulette épaisse est une espèce menacée à cause de sa sensibilité à la qualité de l’eau, aux pollutions (hydrocarbures, ciment…) et aux conditions spécifiques dont elle a besoin pour se développer (présence de poissons hôtes, sous-écoulement alimenté en oxygène…).

La concertation SNCF sur la modernisation de la ligne de fret
Partager cette page